Comment bien préparer sa retraite ?

Préparer votre retraite, c’est avant tout anticiper quelles seront vos dépenses, notamment en matière de santé et de mutuelle. Quand on part à la retraite, on connaît habituellement une diminution de ses revenus.

Une bonne préparation en amont permet d’appréhender ce virage avec sérénité.

Les nouveaux postes de dépenses

Quand on devient un senior, les postes de dépenses ne sont plus tout à fait identiques que lorsque vous aviez 30 ou 40 ans.

En temps de retraite, vous disposez évidemment de plus de temps libre et il convient d’occuper tout ce temps. C’est pourquoi le poste des loisirs, des sorties, des voyages prend un peu plus d’importance.

Ensuite, le poste de la santé s’avère plus conséquent également. La possibilité d’aller dans une maison de retraite ou dans un EHPAD, l’éventuelle perte d’autonomie, sans oublier les aléas liés au 3e voire au 4e âge, est à prendre en compte.

A contrario, d’autres postes de dépenses sont en baisse :

  • Le budget transports : vous n’avez plus à vous rendre sur votre lieu de travail ;
  • Le budget enfants : généralement, vos enfants sont autonomes financièrement ;
  • Le budget immobilier : là encore, il arrive fréquemment, si vous êtes propriétaire, que votre crédit soit intégralement remboursé.

Savoir anticiper le budget adapté au moment de votre retraite permet de bien vivre celle-ci.

2 conseils pour préparer votre retraite

Entretenir son capital santé

Même si l’espérance de vie augmente chaque année, rester en bonne santé n’est pas toujours au rendez-vous.

Arriver à l’âge de la retraite, c’est déjà prendre conscience de cela. Alors, pour profiter de votre retraite à chaque instant, il est essentiel de soigner votre capital santé que vous envisagiez une retraite en France ou un départ à l’étranger.

Et cela passe inévitablement par une bonne hygiène de vie, par une pratique sportive régulière et par une alimentation équilibrée.

C’est aussi l’occasion de revoir votre contrat de mutuelle et les garanties auxquelles vous avez le droit.

N’hésitez pas à comparer les différentes mutuelles en fonction de votre situation personnelle.

Il faut savoir que certaines mutuelles se positionnent sur certaines professions en particulier : professions libérales, fonctionnaires, etc.

Entretenir son capital financier pour garantir un bon revenu

En raison d’une baisse de revenu lié à la retraite, il va être important d’anticiper cette diminution pour continuer à bien vivre.

Certains postes sont à neutraliser tandis que d’autres s’avèrent plus importants.

Identifiez vos besoins (santé, loisirs, immobilier, transports, etc.) et commencez, en prévoyance, dès à présent à épargner pour dégager des revenus complémentaires de votre future pension de retraite. La constitution d’un bon capital est primordial, le plus tôt possible.

La question de l’immobilier

On le sait, la question de l’immobilier représente un poste de dépenses relativement conséquent au cours d’une vie. Que l’on soit propriétaire ou locataire, il faut constamment penser à mettre de côté pour payer les mensualités ou les loyers. En arrivant à l’âge de la retraite, ce poste doit être surveillé de près.

Idéalement, si vous êtes propriétaire, il est judicieux de ne plus avoir de mensualité à payer au moment de la retraite. En tant qu’actif actuellement, vous devez anticiper sur ce sujet.

Si certains décident d’acheter une résidence principale par crédit afin de se constituer un patrimoine sur une durée entre 15 et 25 ans — cela permet de payer une sorte d’équivalent à un loyer mensuel — d’autres se tournent vers l’investissement dit « pierre-papier ».

Cette dernière solution permet aussi de se constituer un patrimoine à crédit. Vous pouvez dès lors opter :

  • Pour une SCPI (Société civile de placement immobilier) afin d’être propriétaire de parts d’un parc immobilier (et percevoir des loyers) ;
  • Pour le crowdfunding immobilier : pour financer avec d’autres personnes des projets de promoteurs immobiliers (l’occasion de percevoir des intérêts entre 8 et 10 %/an) ;
  • Pour une SIIC (société d’investissement immobilier cotée) : pour devenir propriétaire de sociétés foncières (et percevoir des dividendes).

Surveiller son assurance-vie

L’assurance-vie s’avère être un produit d’épargne qui permet d’investir en fonds sécurisés ou en unités de compte.

C’est aujourd’hui le produit d’épargne le plus demandé par les Français, loin devant l’historique Livret A.

En règle générale, le rendement annuel d’une assurance-vie tourne autour entre 3 et 4 %.

Il vous est tout à fait possible, en vue de votre future retraite, de choisir une assurance-vie en gestion pilotée ou en gestion libre.

À noter que les gains d’une assurance-vie ne sont pas imposés tant que vous n’effectuez pas de rachat partiel de vos parts de votre assurance-vie.

Si vous effectuez un rachat de ces dernières après une durée de 8 ans, vous pourrez alors bénéficiez de l’intégrité de la niche fiscale correspondante à votre tranche d’imposition, soit un abattement d’environ 4600 € de plus-value chaque année. Dans les faits, cela représente environ 1000 € de revenus/mois qui ne sont pas imposés, sauf prélèvements sociaux.

Enfin, l’autre solution peut être l’investissement dans un PEA (Plan d’épargne en actions) qui est un produit d’épargne plus limité que l’assurance-vie, mais dispose d’une niche fiscale attractive.