Le Plan d’épargne en actions

Le Plan d’épargne en actions (PEA) a été mis en place en 1992. L’objectif de ce produit est d’encourager l’actionnariat populaire en France. Le PEA se caractérise par le bénéfice d’avantages fiscaux accordés grâce à la détention d’action sur le moyen et le long terme.

Deux formes de PEA coexistent : le PEA bancaire et le PEA assurance. Le PEA bancaire est le plus répandu. Il doit être ouvert auprès d’une banque. Le particulier intéressé par ce type de PEA doit souscrire à un compte titres associé à un compte espèces. Le PEA assurance s’ouvre, auprès d’une compagnie d’assurance, sous forme de contrat de capitalisation.

PEA assurance : le principe

Le PEA assurance se distingue du PEA bancaire par l’avantage ISF dont bénéficie le souscripteur. Le PEA assurance est non seulement un PEA mais également un contrat de capitalisation d’où une double exonération. D’une part celle liée aux plus-values du PEA et d’autre part celle relevant de l’ISF.

Le PEA assurance offre l’opportunité au souscripteur d’obtenir à n’importe quel moment un prêt sur son épargne sous la forme d’une avance acceptée et validée par la compagnie d’assurance. Le montant de cette avance peut représenter jusqu’à 60 % des encours. Les intérêts sont identiques à ceux d’un prêt normal.

Pour bénéficier de certains avantages spécifiques, vous pouvez transformer votre PEA classique en PEA assurance.

PEA de capitalisation : l’avantage fiscal

Un PEA assurance est soumis aux mêmes règles de durée qu’un PEA classique pour le cas des exonérations des produits : tant que les produits sont réinvestis dans le PEA, l’exonération sur le revenu est applicable. L’exonération des plus-values quant à elle est soumise au respect d’une durée de conservation de 5 ans.

Le retrait des fonds du PEA assurance avant le délai de 5 ans entraine uniquement la clôture du PEA mais pas celle du contrat de capitalisation. La plus-value réalisée et imposable dans le cadre d’un PEA classique se fera, dans le cas d’un PEA assurance, uniquement lors du retrait des fonds du contrat de capitalisation.

Le PEA assurance est déclarable au titre de l’ISF pour sa valeur nominale. Cet avantage le distingue d’un PEA classique.

À partir de la 8ème année de souscription, il est tout à fait possible de mettre un terme au PEA assurance et de mettre en place une rente viagère. Cette dernière est totalement exonérée d’impôt sur le revenu.

PEA assurance : les faiblesses

Le PEA de capitalisation ne permet pas d’investir directement dans des titres de sociétés, qu’elles soient cotées ou non. Dans la mesure où il s’agit d’un contrat de capitalisation, les fonds disponibles sont essentiellement des OPCVM éligibles au PEA. La quote-part d’investissement en actions éligibles doit être respectée.

Le PEA assurance, avec de tels avantages peut devenir un outil patrimonial. Son utilisation demeure pourtant marginale pour deux raisons :

  • Les frais de gestion annuels se situent entre 0,6 % et 1 %
  • Dans le cadre d’opérations boursières le PEA assurance se limite aux OPCVM

Selon le type d’investissement que vous souhaitez faire, choisissez la meilleure option que ce soit pour un investissement financier sous forme de titres ou pour un investissement patrimonial.